L’économie verte en Afrique : où en est-on ?

Durant le siècle dernier, les pays européens se sont développés en utilisant massivement des ressources limitées, sans pour autant évaluer l’impact environnemental de ce développement. Or, aujourd’hui avec le changement climatique et les nouvelles technologies, l’enjeu des économies émergentes est de se développer en prenant en compte l’aspect environnemental, énergétique, et durable. L’Afrique est un des continents qui approfondis ses réflexions au sujet de l’économie verte pour concilier croissance économique et développement durable. Mais où en est-elle ?

En pleine période de croissance, l’Afrique a pour objectif de se développer en adoptant une économie verte. Une de ses motivations est d’assurer à la génération actuelle et future, des ressources nécessaires et renouvelables pour offrir au peuple africain une amélioration de son niveau de vie.

L’économie verte est basée sur le concept qu’une économie puisse créer des revenus et des emplois grâce à des investissements qui réduisent les émissions de CO2 et la pollution, et par conséquent, les chances d’affecter la biodiversité et les écosystèmes. L’économie verte suppose une gestion rationnelle des ressources naturelles sur lesquelles repose la croissance pour améliorer le bien-être humain et l’équité sociale.

Les enjeux qui interpellent les acteurs Africains sont actuellement : les enjeux démographiques, de sécurité alimentaire, énergétique, de changement climatique, de croissance saine et d’équité dans la répartition.

Les dirigeants africains reconnaissent que l’économie verte représente une opportunité pour un développement durable. De nombreux pays débutent leurs mutations en faveur de l’économie verte.  Voici quelques exemples :

  • Le développement de l’agriculture biologique en Ouganda et en Tunisie (285 000ha sont réservés à l’agriculture biologique en Tunisie).
  • La construction de villes vertes au Maroc, en Égypte, en Algérie
  • Les transports publics sont eux aussi concernés, ils doivent devenir propres dans de nombreux pays.

Pour la majorité des pays africains, l’urgence est de pouvoir garantir à sa population une croissance socialement inclusive et durable sur le plan environnemental, accroissant les opportunités de créations d’emplois futurs.

Néanmoins, l’économie est freinée par des politiques publiques réticentes au changement et en faveur des activités traditionnelles. Or sans le soutien des politiques qui déterminent les décisions d’investissements, aucun changement ne pourra être effectué.

Malheureusement, des inégalités existent entre les pays qui ne s’inscrivent pas tous dans ce mouvement à la même vitesse.

Les États doivent alors unir leurs forces en développant une vision globale. Ils devraient envisager une réorientation des choix d’investissements en priorisant les investissements dans les domaines qui favorisent la conversion écologique. Il faudrait également mettre en place des plans cohérents de politique d’investissements, d’emploi, d’éducation, et de Recherche et Développement.

Le comportement des consommateurs et entreprises doit lui aussi évoluer en faveur de cette économie verte. C’est dans cet optique que les États commencent à mettre en place des campagnes d’information et d’éducation, tout en créant des instruments fiscaux, mesures incitatives, signaux prix.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 NH Consulting. Tous droits réservés.

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?