Focus sur l’e-commerce en Afrique !

Le potentiel du continent africain en matière de commerce en ligne se révèle de plus en plus. Alors que des obstacles divers ont été notés, entrepreneurs, start-up, ou autres magnats de la grande distribution sont d’avis que les bouleversements survenus sur le marché des télécommunications permettraient à l’e-commerce d’émerger enfin sur le continent africain.

Des Africains connectés 

Depuis 2018, environ 400 millions d’internautes ont été recensés en Afrique, un chiffre qui devrait considérablement augmenter d’ici 2020. Lentement mais sûrement, la téléphonie mobile a su se faire une place prépondérante dans le paysage africain, ce qui constitue un marché prometteur sur lequel misent plusieurs États. Déjà, l’an dernier, on notait une croissance de +9,96 % au 3e trimestre, avec des recettes de plus de 20 milliards de FCFA pour les entreprises de téléphonie mobile qui opéraient en Côte d’Ivoire. Hormis la profitabilité des opérateurs, leur présence est synonyme d’espoir pour l’introduction du commerce en ligne à grande échelle.

L’absence de leaders mondiaux 

Exit Ali Baba, Amazon ou autres géants de l’e-commerce, en Afrique le marché naissant se fait dominer par Jumia, l’entreprise française qui se veut être l’Amazon africain. Présent en Égypte, au Kenya, au Maroc, ou encore en Côte D’Ivoire, Jumia.com se définit comme étant le « premier revendeur en ligne d’Afrique ». D’ailleurs, il pourrait bien faire son entrée à la bourse de New-York cette année. En même temps, une autre société s’est imposée durant ces dernières années. L’Afrimarket de Rania Belkahia a aussi su s’imposer, ce qui semble très prometteur pour tous ceux qui souhaitent s’implanter et se développer sur le continent.

Une Afrique au rythme de l’e-commerce d’ici 2025

Le continent pourrait justement devenir le prochain marché émergent à faire une grande avancée en matière d’achat en ligne. Rien qu’en 2017, la société de recherche Statista annonçait que le secteur avait généré en Afrique des revenus de $ 16,5 milliards. De plus, ce chiffre augmentera d’ici 2022 pour atteindre les $29 milliards. Avec un taux de pénétration d’Internet statué à 35 %, selon Emergent Payments, les internautes africains seront d’autant plus aptes à passer du côté numérique du shopping.

Du côté de la Côte D’Ivoire, le marché grandissant de l’internet et les infrastructures de télécommunications améliorées permettront un développement plus rapide de l’e-commerce. Bien que les échanges traditionnels soient dominants, la numérisation n’est pas loin de tout changer.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 NH Consulting. Tous droits réservés.

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?